top of page
Rechercher

ÉROTISME SANS PAROLES

Tout son corps est mouillé d'une fine couche de sueur et scintille en gouttelettes sous les rayons du soleil qui parviennent à traverser le volet. Elle ressemble à la rosée du matin.



Et comme au milieu d'une forêt, on respire cet air frais et humide mêlé à l'odeur de la terre, tant son corps sent la nature sauvage.

Sur son cou, on sent la hauteur des cieux, sous ses bras et le long de ses seins, on entend le gazouillis des oiseaux dès leur réveil ; son ventre lisse dégage la chaleur d'un rocher marin au soleil d'été, où se prélassent bernard-l'hermite et crabes. Les jambes tissées de fleurs odorantes, bourdonnent comme les champs au printemps assiégés par les abeilles. Les pieds sont faits de touffes d'herbe entrelacées. Les mains de la terre. La bouche de fruit fendu.

Le visage et les cheveux appartiennent à une femme qui se prend pour un être humain.

Elle aime se faire appeler Alice.

Le sien n'est pas un simple corps mais une géographie de sensations changeantes. Une carte de la nature dangereuse et lunatique : un jour, elle vous aime, elle se donne, elle vous accueille sans réserve, elle se laisse contempler dans sa beauté et le lendemain, elle peut vous emporter sur un coup de tête, avec un sourire.

Il est sans mémoire.


I. a l'intention de se grignoter le ventre et de tripoter son piercing au nombril et n'a aucune crainte face à l'inconnu, protégé qu'il est par son inconscience.

Il est maintenant plongé dans ses souvenirs et, plus précisément, dans le moment où il est tombé amoureux de cette jeune fille. Ils passaient une journée à la mer avec un groupe d'amis et se connaissaient à peine.

I., après un bain qui avait duré trop longtemps et avec ses mains marquées de plus de rides que le visage d'un centenaire, était en train de sortir de l'eau, quand il a remarqué une seule petite action et s'est terrifié.

Alice, sans que personne ne le remarque, avait retiré sa serviette du sable et l'avait replacée dans la même position désordonnée qu'auparavant, en prétendant que la serviette avait toujours été là, propre.

I. s'est séché de l'eau de mer comme jamais auparavant.

Il s'est rendu compte que personne n'avait jamais pris soin de lui comme ça.


Ce jour-là, il est tombé amoureux.


Alice est maintenant en cuillère, allongée sur le lit, le visage tourné vers le mur, loin de son amant, toujours en train de se reposer et de profiter de son corps et des plaisirs qui l'ont traversé.

"Qui sait, il pense qu'elle est en papier mâché ou en porcelaine. Les hommes aiment nous imaginer fragiles et faibles, afin qu'ils puissent se sentir forts et virils. Je lui ai fait croire ça pendant des centaines d'années. Peut-être que je me trompe, mais si je leur montrais ouvertement tous mes désirs, mes passions et mon trouble intérieur, je les ferais fuir la queue entre les jambes... ils ne me supporteraient pas tout entier..."

Il l'avait prise avec force et énergie. Cela lui plaisait beaucoup et la faisait sourire, car peu importe à quel point il voulait la posséder, il ne lui ferait jamais de mal et ne la ferait pas souffrir. Il était trop doux. Mais son côté masochiste le regrettait, elle aurait aimé beaucoup plus : elle aurait voulu qu'il franchisse cette frontière imaginaire entre le plaisir et la douleur, sur laquelle son amant tentait de se tenir en équilibre.


I., quant à lui, à moins d'un demi-mètre, nu et ventru, tripote négligemment ses testicules et se caresse les cuisses.

Tout en tambourinant son ventre en rythme, il s'étire, tripote ses parties intimes et laisse libre cours à des impulsions irrationnelles qui, telles des décharges électriques, le traversent et provoquent des mouvements spastiques et incohérents.

Une seule pensée bourdonne dans son esprit, sans qu'il puisse la chasser ; elle se pose comme une mouche insistante entre les murs de son imagination : "Je dois finir mes histoires. Mais comment ?".

Maintenant, l'excitation revenait et le désir de connaître le corps de son compagnon avait complètement occulté ses capacités rationnelles. Dans ces occasions, ses yeux s'embuaient, ses paupières devenaient tombantes et un léger engourdissement enveloppait son visage.

"Cette fois, je ne me retiendrai pas."

Il fait glisser sa main le long de la cuisse d'Alice, jusqu'à ce qu'elle touche le pli qui la sépare de ses fesses. Elle a un cul spectaculaire. Il lui serre violemment les fesses.

Alice est intriguée car elle sent que quelque chose a changé dans l'air et elle se laisse emporter.

Il la fait s'allonger sur le ventre et, de ses deux mains, il lui serre les hanches, poussant avec ses pouces sur les creux de son cul. Il la tient dans ses bras. Et avec sa main droite, il fait de l'espace entre ses jambes, tandis qu'elle fait mine de s'y opposer. Ses doigts bougent brutalement dans son corps.

Un désir féroce les enveloppe tous les deux.

Ainsi commence une danse de morsures, de poings, de caresses, de griffures semblable au jeu entre deux jeunes tigres qui ne se rendent pas compte de leur force. Puis encore des doigts dans sa bouche, des jurons et des mains sur son cou pour l'étouffer. Il lèche ses lèvres.

Les bouches s'approprient toutes les parties de son corps et toutes ses humeurs, suçant jusqu'à ce que cela fasse mal et laissant des bleus sur sa peau, comme des marques de propriété.

Ses yeux sont humides, ses lèvres désespérées et tremblantes, et ses joues teintées d'un rouge cramoisi.

I. l'attrape par les cheveux, lui fracasse le visage contre le mur avec force.

Leurs corps bougent maintenant de manière convulsive et impatiente pour l'acte qu'ils attendaient tant, leurs seins sont turgescents, leurs lèvres sont humides et chaque partie de leur corps est tendue...


"Je ne peux pas continuer" I. interrompt soudainement la magie du moment.

"Arrêtez et ne dites pas de conneries, c'est le meilleur moment...", est-elle incrédule.

"Tu continues avec ton imagination, mais je ne..." dit-elle avec un soupçon d'échec entre les lèvres.

"Ne fous pas tout en l'air maintenant", vraiment désolé.

"Ce n'est pas que je ne veux pas, mais je ne peux pas. Essayez de me comprendre, je n'ai pas d'autres mots intelligents pour continuer."

"Allez, salaud", dit-elle avec enthousiasme, "fais quelque chose".

"L'écriture est limitée aux mots et aux phrases et il y a une grande limitation ici.."

"Tu le fais exprès, n'est-ce pas ? Tu joues juste pour m'exciter davantage..."

I. s'éloigne aliéné par ce qui se passe.

"Alors continuez à écrire, putain ! A présent, vous êtes obsédé par vos histoires. Va faire l'amour avec eux et tes personnages et laisse-moi tranquille !" Elle lui crie après alors qu'il s'éloigne.

L'écriture ne pouvait plus suivre le rythme de son imagination et de ses sentiments.

"Idiot et connard que tu es" se lève pour aller chercher ses cigarettes, "au moins fais-moi un câlin" et toujours en tremblant de la main, elle attrape le paquet et le briquet. Et avant de pouvoir allumer une cigarette, il en casse deux, par la charge érotique inexprimée de son corps.

I. la prend par derrière, l'étreignant par le ventre qui est si accueillant.

"Qu'est-ce qui te prend ? Avez-vous l'angoisse de la performance ? Tu sais très bien qu'avec moi, tu peux prendre tout le temps dont tu as besoin et que cela n'a pas d'importance si tu atteins l'orgasme avant moi. "

"C'est un problème de langue, croyez-moi", dit-il en secouant la tête, "parce qu'il est si difficile d'expliquer comment les choses sont vraiment", se dit-il.

"Es-tu devenu impuissant ?"

"Non, je ne pense pas, si soudainement, je n'ai que 25 ans, j'espère que cela arrivera le plus tard possible, en fait jamais ! Et ne le fais pas sur moi." De sa main, il fait les cornes dans un geste superstitieux.

"Alors tu ne m'aimes plus ?"

"Je t'aime trop, c'est l'écriture..."

" Alors tu as quelqu'un d'autre ! " dit-il en fronçant les sourcils puis dans une grimace de terreur " Tu es gay ? ".

"Rien de tout cela, je vous le dis pour la dernière fois, je ne trouve pas les mots pour continuer..."

"Alors, fermez-la ! A partir de maintenant, je te promets de ne plus te demander de jurer pendant qu'on fait l'amour ! Je le jure.

Fais juste des sons et des bruits ou halète. Tu n'as pas à parler, si c'est ce qui te fait souffrir."

"Oui, vous avez raison. Mais si tu veux tenter une œuvre d'art, tu dois utiliser un certain langage" "C'est plus grand que nous deux" "Oublie ça".

"Je te déteste"

"Et je t'aime"


"Tu veux vraiment savoir comment c'est ? D'accord, je vais vous faire plaisir.

Des mots populaires comme "baiser" "Chatte" ou "chatte" ne fonctionnent pas dans mes histoires. Le premier vient de bite et je n'ai pas de poing battu entre les jambes et les deux autres sont désobligeants.

Sans parler de "pénis" ou de "vagin", dès qu'on les prononce, on a l'impression d'être un scientifique catholique qui a une odeur sous le nez et de graves problèmes psychologiques, sexuels et émotionnels. Sentez comment vos lèvres se serrent

dans une grimace de supériorité mêlée de dégoût.

Alors nous le prouvons une fois pour toutes, personne parmi nous ne fait pousser ni pois ni pommes de terre sur son corps."


"Et je ne peux pas continuer à écrire l'histoire maintenant."


Alice ne l'écoute pas mais la dernière phrase résonne dans sa tête et, agacée, elle répond : "Tu te compliques trop la vie. Ta satanée écriture te fait perdre la tête, nous sommes là, nous sommes faits de viande ! Et tout ce gâchis juste parce que je ne t'ai pas aidé avec les histoires ? " Elle continue à le traiter comme un imbécile : " Très bien, tu veux savoir ce qu'est l'art pour moi ? Performance et vie. Nous avons déjà tout à notre disposition. L'art et la vie sont exactement la même chose. Ma seule tâche ici est de prendre soin de la beauté."


Maintenant, j'ai la tête posée entre ses seins bronzés. Il est enchanté chaque fois qu'il la regarde : sa peau peinte d'un blanc lunaire, son menton légèrement incliné vers le haut en signe d'aristocratie, et ses paupières qui tombent comme un voile de désenchantement sur ses yeux.

Et alors il pourra nager comme un poisson.

Et il aime la mer




46 vues0 commentaire

Comments


bottom of page